Evan, carnet de bord d'un ange déchu 2...

Publié le par bordier laurent

 

A l’hôpital, j’eus pour la première fois la visite de mon père, Antoine. Je ne sais pas si c’est l’amour pour son fils qui l’attira ou bien alors le côté phénomène de foire que j’avais acquis auprès des infirmiers et autres parents médusés de ce retour furtif, mais il resta une journée à cloper et boire des cafés dans le couloir donnant sur ma chambre. Il faut avouer qu’il résidait en moi un petit côté

– il a presque ressuscité ! il à presque ressuscité !

 Mon père la trouille de la mort et cela, depuis son adolescence. Efficace et pragmatique son métier ne le rattache pas spécialement au spirituel puisqu’il est égoutier-chef dans notre jolie ville de Bligny. Égoutier-chef veut tout simplement dire qu’il ne nettoie plus les fosses à merde, mais les montre du doigt a ses collègues afin qu’ils les récurent. certains enfants sont fascinés par les métiers de leurs parents, moi, pas ; du moins en classe de cm1 j’éludais souvent la fameuse question de début d’année  des professeurs «  inscrivez sur la feuille le métier de vos parents. »

ados26

Commenter cet article