Evan, carnet de bord 'un ange déchu...2

Publié le par bordier laurent

 

Mon père lui, dans le couloir de l’hôpital, en position du connard Rodin dubitatif  continua de bombarder son paquet de cigarettes et fut incapable de venir regarder son fils revenir à la vie. Certaines personnes ont des des joies très intérieures, sont peu loquaces voire hébétées en cas de grand bonheur (je puis le comprendre car nous sommes tous tellement différents) ; mais Antoine, en plus, était tétanisé par l’événement (Il est balance ascendant lombric pour ceux qui pratique l’astrologie) alors je pense qu’ il y eut sûrement chez lui comme une prise de conscience, une petite voix qui lui souffla  :

«  Tu n’apporteras rien de plus a l’équipe médicale sinon qu’une poisse légère, Antoine,… reste où tu es » ce sera mieux pour tout le monde. indexange pigeon

Lors de ma naissance déjà, il avait fait le coup à ma mère de ne pas assister à son accouchement avec comme excuse -une forte émotivité- que l’on soupçonna par la suite (selon les amis de la famille) à une personnalité borderline. Mais mon père vit bien cette cyclothymie, il continue de peindre ses fruits laids et bosser comme chef-égoutier pour la ville de Bligny.

Commenter cet article