malversation avec Dieu

Publié le par bordier laurent

- Ne pourrait-on pas faire un changement en douceur plutôt ? Interrogeai-je Dieu à voix haute.

- Un temps d'adaptation est nécessaire seigneur, ajoutai-je ;  Et demandez donc à Rael ! Avant d'être un Dieu vivant et bien il vendait des quarante-cinq tour aux puc

 

es de Clignancourt ! Et sous le manteau qui plus est ! Enfin...sous son boubou vert pistache je veux dire. Quoiqu’

 

il en soit, il est hors de question, seigneur, que je me laisse pousser une quelconque barbe une fois cette lecture terminée ! Barbichons et rouflaquettes ne me dérangent pas chez les autres tant qu' ils ne se posent pas avec moi à table dans un quelconque flunch de banlieue parisienne.

 

Picture 79

Commenter cet article