NEBRASKA

Publié le par bordier laurent

Sergent Garcia me propose un retour express chez moi dans son automobile. Il est vrai qu'il se fait tard et bien que cette journée fut une des pires de ma vie, j'accepte tout de même de grimper dans son Oldsmobile 67 renfermant une musique country à bas de "yiiipiiyeaah et de iiihaaah ". Nous partons alors sur les chapeaux de roues, lorsque, une centaine de mètres plus loin il décide de mimer les riffs guitaristiques de Pat Cash. Lâchant le volant lors des solos endiablés du guitariste virtuose, il se permet même un instant de mener la rythmique en tapant du poing sur le tableau de bord en merisier.

Une odeur de poisson mort danse dans l'habitacle, alluvions photome prend une putain de nausée et c'est dans une résignation totale que ma main droite se lâche et tourne instinctivement le loquet de la fenêtre passager. Je respire, merci mon Dieu, nous voici à la mer !

Les oreilles boursoufflées par les solos de batterie de Jessie, je rentre chez moi la bouche sèche, remplie de sable et de poussières diverses. Toussant pendant une bonne minute je me fait couler un seau d'eau pour ma toilette tout en maudissant mon âme de ne pas m'avoir prévenu ; ne serait-ce que par une intuition bête !

-Laurent, ne monte pas dans l'automobile de cet homme ou tu risques de rentrer chez toi la gueule cailloutée et sèche ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article