Nebraska

Publié le par bordier laurent

                                          BEATRICE

femme train

 

Il est vingt et une heures trente sur Midwest et au loin je reconnus la douce et jolie voix de Jessy donnant ses directives. Mickey encercla deux vaches et les fit grimper illico-presto dans un des wagons de la mort. Je tremblai un peu, mais n'avait rien d'autre que cette solution finale qui me ferait m'éloigner de cette ville ; je longeai les rails et m’approchai doucement de Mickey qui, surpris de me voir ici à cette heure me fit un signe amical de la main. Le chef porcin se retourna et  d’une reflexion sèche me dit :
- Bouges-toi Laurent et viens nous aider ! Les polacks sont en grève de bras !

Soumis un instant je poussai nonchalamment une marguerite pendant que Mickey en encercla deux afin de les faire grimper dans un des wagons. Je profitai de ce chaos et me glissai discrètement entre deux héréfords pour aller m’installer sur deux bottes de paille jonchant le sol. La nuit tomba d’un seul coup dans ce wagon puant. - La liberté a une odeur... marmonnai-je à une vache texane, qui de sa queue me répondit d’un coup de fouet en plein visage.

Commenter cet article