Notre amour à l'étroit

 



C'est peu à peu que dans nos iris,

Notre amour se dévisse et se pâme, s'évanouit

Tel un salaud dans un hôtel de charme.

C'est petit à petit que dans nos pupilles

se réclament des envies de traverser des villes sans âme

mais pleines d'amants et de femmes vivants de presqu'îles.

Vivants de leurs larmes, vivants sur des terres faciles.

Ils sont le peu de l'amour... à l’étroit dans une vie anodine.

Les amours prenant froid derrière des khôl servant de rustines.

On ne vieillira pas ensemble, tous trois, car notre amour, à l'étroit...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :