malversation avec Dieu...

Publié le par bordier laurent

Il me fallait donc moins de quarante euros pour ce petit jeu et pour joindre l'inutile au désagréable, je téléphonai à la société d'intérim' de mon quartier qui aima tant me faire de jolies blagues sur mon téléphone en m'envoyant des offres d'emploi ne correspondant jamais à mes recherches :

- Bonjour, c'est Mr Bordier Laurent, je vous téléphone car je suis à la recherche d'un emploi pour une journée ; c'est pour m'acheter une planche de oui-ja.
- Bonjour, monsieur Bordier ! ? Une quoi ?

- Une planche de oui-ja madame ! Je désirerais parler à ma grand-mère décédée il y a quelques années maintenant...

( inquiète ) Aaah...Attendez, je cherche votre dossier…

 ( chuchotant )... Alors, Monsieur Bordier, Monsieur Bordier, où est-il Monsieur Bordier... lalalal...pffffuiit, c'est le souk sur mon bureau ce matin, Monsieur Bordier Laurent...Voilà !  je l' ai, je l'ai, je l'ai ...Pfuiiit, il fait chaud ici... Alors, Monsieur Bordier, vous êtes à la recherche d'un emploi précis ? Vous avez des diplômes peut-être ? 

- Des quoi ? je vous entends mal  ! ... et bien, non...Qu'avez-vous à me proposer ?

- Donc, pas de diplôme...pfuuiiit...C'est difficile... cela se complique un peu. ëtes-Picture 79vous cérébral plutôt ? Manuel ? 

- Laurent, madame...moi c'est Laurent Bordier !

( Replongeant dans ses dossiers. ) pôm pôm pôm...Tilala...Laissez-moi regarder un peu tout ça... J'ai un inventaire chez chamoteau et fory si vous voulez ? Il s'agit d'une usine de fabrication de pièces de chauffage. C'est une mission de deux jours.

- Deux jours ? Ça fait trop ! J'ai juste besoin d'une journée pour me payer ma planche de Ouija !

- Bon, je n'ai pas le temps de discutailler monsieur,  rendez-vous demain à sept heures  devant Chamoteau & Fory. Au revoir ! Je vous confirme tout cela par mail !

C'est triste que Je raccrochai le combiné. Je fus également agacé de devoir me lever à sept heures moins cinq pour aller travailler, mais râvi tout de même de savoir que j'allais enfin discuter de tout et de rien avec ma grand-mère.

Commenter cet article